Exemplarité

Une famille presque zéro déchet

Anne-Sophie Simon et Pierre Marchand se sont lancés dans l’aventure du « zéro déchet » en 2016, suite à un événement tout aussi chamboulant qu’heureux : la naissance de leur fille Louise. Depuis, ils rivalisent d’ingéniosité pour coller à l’adage « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ».

 « Si on a réussi à réduire nos poubelles de 60 à 70%, tout le monde peut s’y mettre ! ». Forts de leurs réussites, mais aussi de leurs erreurs et de leurs « rechutes », Anne-Sophie et Pierre souhaitent témoigner de leur expérience et partager leurs astuces avec les Orvaltais qui voudraient se lancer.

« Même si nous ne partions pas de rien –nous avions par exemple l’habitude de nous approvisionner directement auprès des producteurs et de beaucoup cuisiner à la maison, ce qui réduit considérablement la production de déchets-, l’entrée dans cette démarche a provoqué une vraie remise en question de notre mode de vie », se souvient la jeune femme.

 

Un accompagnement précieux

Après avoir acquis plusieurs ouvrages1, participé à des conférences, surfé sur les réseaux sociaux dédiés2, le couple a bénéficié d’un véritable coup de pouce en participant au défi « Familles zéro déchet », organisé par Ecopole. Intégré dans une équipe motivée, il a été accompagné plusieurs mois pour changer ses habitudes, réduire ses déchets résiduels (non recyclables)… et au final, ses dépenses. « Il y a maintenant beaucoup de choses qu’on n’achète plus, comme les produits ménagers ou d’hygiène, témoigne Anne-Sophie. Et comme j’adore bricoler, je prends beaucoup de plaisir à fabriquer lessive, dentifrice, pastilles pour les toilettes… Je me suis aussi mise à la couture pour confectionner cotons et lingettes lavables. »

 

Les bénéfices

En un an, la famille a considérablement réduit le volume de ses poubelles, qui avoisine désormais les 66 kg par an (contre 311 kg en moyenne dans la Métropole). En consommant différemment, elle réalise également une économie de 40 à 60 € par mois, et gagne du temps sur les courses qui ne sont plus pratiquées en grande surface. Le bémol reste pour Anne-Sophie et Pierre le manque d’adhésion de leur entourage. « Pas facile de rester cohérents avec notre démarche quand on se réunit en famille ou entre amis. Mais on progresse : à Noël par exemple, nous avons proposé un défi « cadeau sans emballage ». Tout le monde a joué le jeu ! ».

 

Les bons plans d’Anne-Sophie et Pierre

– l’achat en vrac et à la coupe dans les commerces de proximité, les supermarchés bios, la boutique spécialisée O’bocal : on vient avec ses bocaux (que l’on tare), sacs à vrac, à pain…

– l’achat d’occasion en vide-greniers, ressourceries…

– la pratique du compostage

– la réparation et le réemploi d’objets (salon de jardin en palettes)

– le remplacement d’objets jetables par du durable : cure oreille, pailles en inox, lingettes lavables…

– la fabrication de jus de fruit, yaourts, biscuits, fromages blancs… et la cuisine maison en général

– la fabrication de produits d’entretien et d’hygiène : lessive au lierre, liniment, liquide lave-vaisselle…

– la gestion de l’eau : installation d’un récupérateur d’eau de pluie, récupération de l’eau de la douche pour les toilettes…

 

1 « Zéro déchet » de Béa Johnson et « Famille presque zéro déchet : Ze guide » de Bénédicte Moret et Jérémie Pichon

2 Facebook@Collectifzerodechetnantes

Enregistrer



Les commentaires sont fermés.